Accueil > Nouvelles > Clôture du projet «Réduction des risques naturels en Haïti »

Clôture du projet «Réduction des risques naturels en Haïti »

28 Mars, 2017

Port-au-Prince, mardi 28 mars 2017.- En compagnie de l’ambassadeur de l’Union Européenne (UE) accrédité en Haïti, monsieur Vincent Degert, de la représentante du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Madame Yvonne Helle, de certains parlementaires du département de la Grande ’Anse, des maires des communes les plus touchées par l’ouragan Matthew venus du grand Sud,  pour ne citer que ceux-ci, le ministre Aviol Fleurant a participé ce mardi 28 mars 2017 a la cérémonie de clôture du projet « réduction des risques naturels en Haïti ».

Dans son discours de circonstance, le titulaire du ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE) a étalé la triste réalité de la problématique de la non-résilience de la population haïtienne. Il a aussi déclaré que l’accélération du dérèglement climatique met souvent Haïti à l’épreuve et interpelle tout un chacun au regard de nos responsabilités citoyennes et de gouvernants.

Cette situation, reconnait le numéro un du MPCE, est la résultante d’un comportement séculaire de gestion publique caractérisée par l’injustice sociale arrimée à l’injustice spatiale d’où la nécessité d’un véritable politique d’aménagement du territoire qui définit les grands chantiers de l’avenir.

Pour sa part, l’ambassadeur de l’Union Européenne en Haïti estime que les haïtiens doivent tirer des leçons de chaque crise et de chaque drame afin d’améliorer la capacité collective à faire face à l’avenir. Il faut améliorer la prise de décisions et de les centraliser.

La représentante du PNUD en Haïti, madame Yvonne Helle, de son côté,  a fait part de sa satisfaction des résultats découlant de ce grand projet. Elle a également salué la participation de tous les partenaires qui ont permis sa réalisation.

Le travail accompli à travers le projet «réduction des risques naturels en Haïti », permettra aux citoyens, aux décideurs et aux administrations de mieux apprécier l’étendue des zones présentant un risque naturel et ainsi de mieux les connaitre et les prendre en compte.

Partager