Accueil > Coopération > CAED > Mission et Attributions du CAED

Mission et Attributions du CAED

MISSION

Le CAED a pour mission de :

  • Réaffirmer le leadership du gouvernement, conformément aux principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide (2005), l’Agenda d’Action d’Accra (2008) et le Partenariat de Busan pour une coopération efficace (2011) ;
  • Accentuer le passage d’une aide de substitution à une aide de transformation : renforcement des capacités visant la diminution de cette dépendance ;
  • Redynamiser les autres sources de financement – revenu national et investissements privés domestiques et étrangers.

ATTRIBUTIONS

Le CAED a pour principales attributions, en application des principes de la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide, notamment au niveau de :

  • L’Appropriation:
    • Renforcer l’administration publique (Unités d’Etudes et de Programmation, Unités Techniques d’Exécution, valorisation des ressources humaines, transfert de connaissances) et l’Etat de droit pour autoriser un transfert des responsabilités de gestion aux institutions nationales ;
    • Mieux réguler et promouvoir les activités et l’impact des ONG ;
    • Remettre en place une structure de concertation gouvernement-bailleurs (post-CIRH) pour aborder les aspects stratégiques  (l’aide pour quoi faire) et sectoriels & opérationnels (l’aide comment faire) ;
    • Impliquer le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif ;
    • Maîtriser l’assistance  et les mécanismes de réponse à l’urgence à court et à long terme ;
    • Intégrer la gestion des risques et désastres dans les politiques et stratégies nationales et sectorielles.
  • L’Alignement
    • Finaliser en 2012 le Plan Stratégique de Développement d’Haïti (PSDH) en consultation avec tous les partenaires ;
    • Unifier le système d’approbation des projets d’investissements et en assurer un suivi transparent par le biais de systèmes d’information nationaux sur le flux et le volume de l’aide (MGAE) et sur la gestion des programmes d’investissements publics (PIP) (SYSGEP) ;
    • S’assurer de l’existence des conditionnalités de bonne gestion des finances publiques à l’octroi de soutien budgétaire ;
    • Mettre en place une gestion publique axée sur les résultats
  • L’Harmonisation
    • Renforcer la coordination des bailleurs (G12 et autres)
    • Avancer vers une « division du travail » qui limite les coûts de transactions (nombre de bailleurs par secteur et de secteurs par bailleurs, passer d’approches projets à approches programmes sectoriels, encourager les fonds communs et la coopération déléguée, etc.)
  • La Responsabilité mutuelle

Mettre en place un mécanisme conjoint de coordination et de suivi des décisions mutuelles pour faire appliquer les principes d’efficacité de l’aide et les recommandations  de l’enquête 2011 sur l’engagement dans les Etats fragiles – Haïti.